Skip to content
Plumbing factory continous improvement post by mlean

Modèles d’amélioration continue partie II

Dans notre premier article à propos des différents modèles d’amélioration continue, nous avons évoqué les méthodes de gestion de la qualité totale et Six Sigma en présentant leurs origines et leurs avantages. Dans cet article, nous nous concentrerons sur le modèle « lean » et nous comparerons les trois modèles différents. Le tableau comparatif que vous trouverez au bas de la page vous aidera à identifier le modèle qui vous conviendra le mieux.

Continuous Improvement Models

Le modèle « lean »

Le modèle de gestion « Lean Manufacturing » (ou production au plus juste) fait partie de la culture d’amélioration continue et propose divers outils facilitant l’identification ainsi que l’élimination de tous les types de pertes (transports non nécessaires, mouvements excessifs, défauts, attente, production excessive, inventaire excessif, etc.) de manière à améliorer votre performance en matière de temps et de coûts. Il affecte l’ensemble des processus de l’organisation (pas seulement les procédés opérationnels, mais également administratifs, d’achats, de ressources humaines, etc.).

Origine du concept « lean »

Nous avons déjà évoqué les origines de la production au plus juste dans nos articles précédents, donc nous ne nous étendrons pas sur le sujet ici. Pour rappel, le concept de production au plus juste est né dans l’entreprise japonaise Toyota au début du 20e siècle avec le système de production de Toyota. Ses créateurs sont Sakichi Toyoda et ses deux fils, Kiichiro Toyoda et Eiji Toyoda, et Taiichi Ohno, un ingénieur de fabrication.

Les avantages du modèle « lean »

Il vise à fournir des produits et des services moins chers (c.-à-d. à moindre coût), une meilleure qualité ainsi que des délais de livraison réduits en éliminant les pertes et en s’appuyant sur la synergie entre les talents humains et le travail d’équipe. Cette confiance dans les compétences humaines semble plus naturelle dans la culture japonaise, où les objectifs du groupe priment sur les objectifs individuels, que dans la culture occidentale.

Pour les organisations ayant mis en œuvre avec succès la méthode Six Sigma, les compétences, les contrôles statistiques et l’expérience ont une importance primordiale. À l’inverse, au sein d’organisations suivant la méthode de production du plus juste, la priorité est donnée à l’engagement des employés, au changement culturel ainsi qu’au travail d’équipe.

Conclusions

Nous comprenons rapidement que les méthodes de gestion de la qualité totale, Six Sigma et de production au plus juste peuvent coexister : elles ne sont pas contradictoires, mais complémentaires. Au vu de notre expérience, nous vous recommandons de commencer avec l’approche axée sur la Qualité de la gestion de la qualité totale pour définir vos bases et d’instaurer, ensuite, un modèle « lean » robuste soutenu par des projets individuels Six Sigma pour certaines caractéristiques critiques. Bien sûr, il est également important de procéder au déploiement des objectifs, Hoshin Kanri, afin d’avancer tous ensemble dans la même direction.

Clarification nécessaire à propos des trois méthodologies

Chacun de ces outils peut être appliqué seul, mais ils sont beaucoup plus efficaces lorsqu’ils sont tous employés d’une manière ou d’une autre. L’idéal consiste à tirer profit des avantages de chaque modèle. Cela vous aidera assurément à atteindre les objectifs nécessaires que vous souhaitez accomplir. Toutefois, pour cela, vous devrez impérativement :

  • parier sur ces outils et croire en eux ;
  • transmettre à vos collaborateurs l’importance de la bonne application des outils et les objectifs à atteindre ;
  • former vos collaborateurs afin de libérer le potentiel de chacun ;
  • donner l’exemple de manière constante pour la mise en place des outils et effectuer le suivi des objectifs ;
  • effectuer rapidement les actions correctives nécessaires lorsque vous détectez des déviations vis-à-vis des objectifs ;
  • noter que, sans le responsable ou le propriétaire de la société, et sans l’implication totale de leurs équipes, aucun outil d’amélioration ne fonctionnera ;
  • comprendre que l’instauration de ces outils implique un changement de paradigme au sein de l’entreprise.

Qu’est-ce qu’un « paradigme », selon le dictionnaire ?

Théorie ou ensemble de théories (outils) dont le concept central est accepté sans discussion et qui constituent la base et le modèle pour la résolution des problèmes ainsi que pour le développement des connaissances. Le paradigme newtonien

Tableau comparatif

Comparative table between continous improvement models: TQM, Lean and Six Sigma

Demander une démo

Chaque entreprise utilise une méthodologie différente, mais toutes les sociétés doivent en avoir une. Demandez une démo afin que nous puissions vous aider à trouver ce qui vous convient le mieux pour votre transformation.

Entamez votre transformation

Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate

Play Video